4 juin 2019

IaaS, PaaS, SaaS : les 3 piliers du cloud computing décryptés

Décryptage

Depuis son apparition il y a une dizaine d’années, le Cloud Computing s’est progressivement enrichi de nouveaux concepts, et recouvrent désormais de nombreuses approches. Là où auparavant, les distinctions entre les différentes architectures Cloud étaient claires, les frontières tendent aujourd’hui à s’estomper : entre IaaS, PaaS et SaaS, difficile de s’y retrouver, et de déterminer quel modèle privilégier pour que son organisation bénéficie des ressources et des capacités du Cloud dans les meilleures conditions.

IaaS : pour une migration simple et rapide dans le Cloud

Avec le modèle IaaS (Infrastructure-as-a-Service), vous ne louez que le serveur matériel pour héberger une machine virtuelle (VM) sur laquelle s’exécutent vos applications. Autrement dit, l’IaaS consiste à déplacer vos VM d’un environnement on-premise à un environnement Cloud.

C’est sans aucun doute la stratégie de migration la plus simple, la plus rapide et la plus économique. Mais cela implique toutefois que vos équipes d’exploitation continuent à prendre en charge la gestion des patchs et des mises à jour.

PaaS : pour alléger les coûts de maintenance des systèmes logiciels

Avec un modèle PaaS (Platform-as-a-Service), c’est le fournisseur de Cloud qui assure la maintenance et la mise à jour de tous vos systèmes logiciels – systèmes d’exploitation, logiciels de bases de données, logiciels d’intégration, etc. Les entreprises ne s’occupent donc que du déploiement de leurs données sur des machines PaaS.

Pour les départements IT, le PaaS permet de réduire les coûts d’exploitation et de maintenance. Mais il nécessite généralement un travail de ré-architecture des applications – souvent coûteux et chronophage – afin de pouvoir tirer le meilleur parti de ce modèle plus « cloud natif ».

SaaS : pour l’exploitation des applications métiers de base

Le SaaS (Software-as-a-Service) consiste à louer une application auprès d’un fournisseur. Les applications en SaaS sont parmi les plus rentables, puisque le rôle du département IT ne consiste ici qu’à provisionner les utilisateurs et les données, et éventuellement d’intégrer une application d’authentification unique. C’est sans aucun doute l’option à privilégier pour les applications de base de l’entreprise, tels que les emails, les plateformes de collaboration, etc.

Le choix de l’une ou l’autre de ces architectures relèvent essentiellement du contexte de chaque entreprise, de son existant et de ses objectifs à long terme. Un fournisseur de Cloud fiable et expérimenté peut vous aider à y voir plus clair et à trouver le modèle le plus adapté à vos besoins.